6 alternatives pour remplacer le moteur à combustion!

La réglementation sur les émissions CO2, dictée par la Commission Européenne, obligera les fabricants automobiles à brider la consommation de Co2 de leur véhicule à 96 grammes par kilomètre en 2020.

Dans certains pays comme la Hollande, ils pensent déjà à interdire les véhicules diesel et essence en 2025, c’est-à-dire, interdire les moteurs à combustion interne.

Ses mesures émergent de la nécessité de prendre soin des ressources naturelles de notre planète. Nous devons contrôler le gaspillage énergétique, la contamination de l’air et ses effets sur notre santé.

Afin de pouvoir s’adapter aux exigences de la Commission Européenne, l’industrie automobile a développé de nouvelles technologies afin de garantir une mobilité plus durable tout en respectant la planète.

Une des solutions serait, par exemple, les véhicules basés sur les systèmes de propulsion alternative. Ces systèmes utilisent des combustibles qui ne sont à base de pétrole, et qui n’émettent pas d’émissions de CO2 dans l’atmosphère.

Quelles alternatives pour remplacer le moteur à combustion ?

L’énergie Hybride: C’est un système qui combine une source d’énergie thermique avec une source d’énergie électrique. De plus, ces voitures sont équipées d’un frein régénératif qui récupère l’énergie cinétique de freinage électrique afin de charger des batteries d’accumulateurs.

Les marques comme Toyota et Lexus soutiennent cette initiative sur le marché.

L’énergie électrique: Ne produit pas d’émissions contaminants, ces moteurs sont alimentés par batterie d’accumulateur et sont très silencieux.

Ford, Mitsubishi ou BMW les offrent également dans leur gamme standard. Ces véhicules sont de plus en plus présents sur le marché.

L’énergie CNG : Le gaz naturel compressé ou CNG est, en fait simplement, le gaz naturel habituel, celui que nous utilisons pour nous chauffer. Ces véhicules sont beaucoup moins polluants que les moteurs classiques.

Cette technologie est utilisée par Volkswagen pour sa Golf GTI.

 

L’énergie GPL ou Gaz de pétrole liquéfié : C’est un des combustibles alternatifs les plus utilisées sur le marché. Il se constitue d’un mélange de butane et de propane. C’est un carburant qui préserve les performances du véhicule et réduit même l’usure du moteur.

Opel, Ford, Fiat ou Alfa Romeo ont déjà implanté de nombreux modèles.

L’énergie Bioéthanol : C’est un combustible élaboré à partir de canne à sucre, de cellulose et d’amidon. Les plus habituels sont les véhicules Flex-Fuel qui permettent d’utiliser indifféremment du carburant SP-95 ou SP-98 comme du Bioéthanol.

Voici quelques modèles qui se trouvent sur le marché : Bentley Continental GT Speed, Renault Laguna, ou la Volkswagen Golf Multifuel.

L’énergie à base d’hydrogène : Les voitures à hydrogène produisent leur propre électricité à partir d’une pile à combustion, qui oxyde l’hydrogène et permet la mobilité de la voiture. C’est une bonne option car elle ne produit pas de gaz polluants pour l’atmosphère : Elle n’émet que de la vapeur d’eau.

Des marques comme Toyota avec son modèle Mirai ou Honda avec son FCV sont déjà en train de les commercialiser.

Y a-t-il que des avantages ?

Comme tout, il y a toujours un côté négatif. Même si les nouvelles technologies alternatives au moteur à combustion respectent vraiment notre planète et n’émettent pas ou très peu de CO2 dans l’atmosphère, le problème ne vient pas de l’énergie utilisée mais comment est-elle extraite ou d’où elle provient ?

 

  • Générer de l’énergie Bioéthanol ou de l’hydrogène contamine la terre. En effet leur production se fait à partir de combustibles fossiles à travers une procédure de raffinage de l’essence ou du gaz naturel. Et ce processus émet du CO2.

 

  • Pour pouvoir utiliser d’une manière efficace l’énergie électrique cela suppose la mise en place d’un véritable réseau de points de charges complexes. Aujourd’hui ce r
    éseau reste insuffisant en général.

Quelle technologie remplacera le moteur à combustion interne selon vous? Nous vous écoutons!